roche bergère

Roche Bergère autrefois « Laroche Barrière » (roche fermée). Son origine suscite encore des interrogations.

Petite unité rurale et pastorale rattachée à la grange cistercienne de Rochesseux, dépendance du Monastère d’Obazine.

On a pu y procéder à l’élevage de pigeons, à la culture du chanvre ou du lin.

De 1900 à 1918 le site fut habité par un homme ayant une chèvre et se livrant à l’élevage de basse-cour et à la culture du jardin.

Une seule certitude : cet habitat ne figure pas sur le cadastre ancien. Le silence de l’histoire enveloppe encore ce site étonnant.

La fontaine faisait sans doute partie de l’ensemble construit de Roche bergère. Elle était reliée par un conduit à un petit bassin entouré de pierres.

On y faisait probablement rouir le chanvre ou le lin.

En 2012, elle a été l’objet d’une restauration soignée : l’eau y coule de nouveau.